fbpx

Réussir en marketing de réseau – Interview de Thomas Panisi

J’ai eu le plaisir d’interviewer Thomas Panisi, de l’excellent Objectif Leader.com.

Si vous vous intéressez de près ou de loin au MLM

Thomas a connu une réussite … spectaculaire.

Après s’être lancé dans le MLM en 2014, Thomas est à présent Regional Manager chez MWR life. Il gère un réseau de plus de 2000 personnes.

Aujourd’hui ce ne sont pas moins de 16000 visiteurs par mois qui se rendent sur son blog.

Pas mal n’est ce pas ?

Dans l’interview, il sera grandement question de réussite en MLM et … ce qu’il faut pour y parvenir.

Un beau programme.

Découvrez l’interview de Thomas Panisi (vidéo)

A présent, je vous laisse découvrir l’interview.

Vous souhaitez réussir en MLM ?

Inscrivez-vous, et vous recevrez des informations de qualité pour vous aider à réussir votre projet

Dans cet interview vous allez découvrir…

  • Qui est Thomas Panisi et quel a été son parcours.
  • A quoi ressemble sa vie aujourd’hui.
  • Quelles sont ses sources de revenues.
  • Comment est ce qu’il gère son temps de travail.
  • Comment il a découvert (et percé) chez MWR life.
  • Ses meilleurs conseils pour réussir en MLM (même si il y a eu des échecs par le passé).
  • Quelle place occupe le blogging dans le parrainage MLM aujourd’hui.
  • Quels sont ses projets pour l’avenir ?

Et beaucoup de bonnes choses encore 😉

Quelques articles à lire chez Thomas

Retranscription de l’Interview  (pour ceux qui aiment la lecture!)

Nassim : bonjour tout le monde, bonjour Thomas. Un grand merci pour commencer, d’avoir accepté cette interview. Donc, comme tu t’en doutes, je n’ai pas mal de questions à te poser parce que je trouve que ton profil est intéressant. Spécialement pour les personnes qui parcourent mon blog et qui s’intéressent au travail à domicile, au blogging et au MLM. Donc, je me suis dit voilà, tu as quand même une réussite intéressante dans tout ce qui est MLM et blogging. Et ton partage, ton retour d’expérience par rapport à ce que tu as vécu, à ce que tu as réussi à faire et à accomplir va beaucoup aider, je pense, tous ceux qui vont lire et voir cette interview parce qu’il y aura aussi une version retranscription.

Thomas : ok. Merci Nassim pour cette invitation. Je suis ravi de partager à cette interview et bonjour à vous qui regardez cette vidéo.

Nassim : dans mes interviews, généralement, je n’aime pas la question classique : Thomas, peux-tu te présenter. Donc, j’essaye un peu de creuser le parcours des personnes que je questionne. Tu ne t’étales pas beaucoup sur ta vie privée, mais j’ai quand même réussi à trouver quelques informations intéressantes que je te laisserai confirmer, voire commenter ou détailler. Donc, Thomas Panisi, originaire de la région toulousaine, 33 ans. Passionné de MLM. Tu as fini tes études, si j’ai lu ta page « À propos » correctement en 2008 pour plonger dans l’entreprenariat classique juste après. Et tu as découvert le MLM un peu plus tard en 2014. Et quand je disais en amont que tu avais eu un parcours ou une réussite assez intéressante, aujourd’hui, tu occupes la fonction de régional manager chez MWR Life. Est-ce que tout ce que j’ai dit est correct ? Est-ce qu’il y a des précisions que tu souhaites apporter ?

Thomas : ouais, tout est correct. Je dirais que mon vrai départ, on va dire, en marketing réseau, c’était courant 2013. Et en 2014, je me suis lancé dans ce qui est ma spécialité aujourd’hui, le MLM via Internet et les réseaux sociaux. Sinon, après tout ce que tu as dit est correct.

Nassim : ok. Et qu’est-ce qui a fait que tu as choisi à un moment donné le MLM comme option pour entreprendre ?

Thomas : alors là, je raconte un petit peu mon histoire. Comme tu l’as dit, moi, j’ai fini mes études en 2008. Je suis parti pour l’Asie pendant 2 mois parce que j’avais en tête que, faire un grand voyage, si je ne le fais pas direct après mes études, ça va être compliqué une fois entré dans la vie active.

Nassim : ce n’est pas faux.

Thomas : puis de là, je suis revenu et j’ai lancé directement une entreprise dans la restauration rapide. La pizza précisément. Première aventure qui s’est mal passée. Dans le sens où j’étais associé et ça s’est mal passé avec l’associé. Donc assez rapidement, c’était au bout de 9 mois, on s’est séparé puis j’ai relancé une autre structure toujours pareille dans la pizzeria restauration tout seul. Et puis de là, la restauration, c’est un métier qui paye très bien. D’autant plus que j’étais très bien drivé puisque c’est avec une jeune franchise toulousaine que je travaillais. Ça fonctionnait très bien, ça payait très bien. Mais par contre voilà, la restauration, c’est un métier où on n’a pas de vie. Des semaines de 70, 80, 90 heures. Et j’ai fini par m’épuiser tout seul, concrètement, j’ai fini en burn-out. Partant de là, j’ai eu forcément quelques mois où j’étais au fond du seau, je n’ai pas fait grand-chose. Puis au bout d’un moment, il a bien fallu que je rebondisse, donc j’ai repris un travail salarié toujours dans la restauration, puisque je savais faire ça. J’ai fait ça pendant un an et demi, deux ans jusqu’à ce qu’en juillet 2013 mon fils naisse. Et ça a été l’élément déclencheur en fait. Parce que quand vous avez un enfant, vous voyez la famille différemment et clairement ça m’a fait tilter, ça m’a dit la restauration ce n’est pas le métier idéal pour avoir une vie de famille. Et malgré mes échecs passés, je ne considère pas ça vraiment comme un échec, plus comme une expérience, j’avais toujours la flamme de l’entrepreneur, je voulais toujours entreprendre quelque chose. Donc j’ai fait des recherches sur quelque chose que je pouvais entreprendre directement depuis chez moi. Et c’est comme ça que j’ai découvert le marketing de réseau. Voilà mon histoire.

Nassim : ok. Alors, justement, on est en 2019, donc maintenant, tu as un peu de recul dans tout ce qui est MLM, tu as de l’expérience aussi. À quoi ressemble ta vie aujourd’hui ? Donc, côté Life style, comment est-ce que tu es quand tu te lèves le matin ? Côté aussi peut-être revenu, si tu peux partager ce que tu veux partager d’ailleurs, il n’y a pas d’obligation. Une fourchette, une idée, ou voilà des sources de revenus qui permettent de vivre aujourd’hui. Et aussi voilà, concrètement côté travaille, tu bosses comment ? Ça, ça m’intéresse beaucoup et je ne pense pas être le seul.

Thomas : ok. Alors clairement ma journée-type elle commence par déjà se lever tôt. À un moment où il n’y a pas grand monde qui est là, pour me solliciter où on peut se recentrer sur nous-mêmes. Moi, je commence toujours mes journées par faire le point de ce que je vais faire de ma journée et à noter les 3 points les plus essentiels qu’il faut absolument que je fasse dans la journée. Que ce soit pour ma propre activité ou pour les personnes avec lesquelles je collabore. Ça, c’est vraiment le schéma-type de mon début de journée. Après, autour de la journée, chaque journée est différente. Pour répondre à la 2e partie de ta question, moi, j’ai différentes casquettes autour du MLM. Donc, je développe un réseau, je fais de l’infopreunariat, je fais de l’affiliation aussi pour certaines personnes qui créent des formations autour de ce secteur d’activité. Et je fais également du coaching pour des personnes qui veulent faire du marketing de réseau, spécifiquement sur Internet et les réseaux sociaux. Niveau revenu, ça se chiffre à plusieurs milliers d’euros et si je dois faire une répartition, je dirai qu’il y a 40 % qui proviennent de mon activité de réseauteur. Je dois en avoir 30 % de l’affiliation. Je dois en avoir 20 % d’autres qui viennent de l’infopreunariat. Et les 10 % restants sont du coaching. Après, c’est aléatoire en fait, côté coaching. Parce que je cible vraiment les personnes que je veux coacher, je veux faire juste 2 – 3 séances par là, c’est plus de l’accompagnement sur du long terme.

Nassim : d’accord ok. Tu as quand même une palette assez large. Une question que je voulais personnellement te poser, c’est, comment est-ce qu’on passe de personne qui s’intéresse au MLM, qui a envie d’entreprendre à régional manager avec un réseau de plus de 2 000 personnes, si c’est ça les derniers chiffres. Ça se construit comment cette histoire ? Parce que ce n’est pas rien 2 000 personnes dans un réseau.

Thomas : déjà ça se construit sur la durée clairement. Tu l’as dit, je le répète, j’ai 5 ans d’expérience derrière. Et ce que j’ai aujourd’hui chez MWR Life, je l’ai bâti sur ces 2 ans et demi qui sont passés. Avant ça, j’ai passé une phase d’apprentissage, je dirai 2 ans et demi. Où au final, je n’ai pas gagné grand-chose. Par contre, j’ai gagné énormément en apprentissage. Et du coup, comment ça se construit un réseau de 2 000 personnes. Bah, il faut déjà justement avoir cet apprentissage, il faut avoir un certain savoir-faire pour créer un système qui est derrière, duplicable. Et derrière, il faut savoir s’entourer des bonnes personnes pour dupliquer ce système bien évidemment. Ça, c’est le premier critère. Et le deuxième critère, ça va être surtout de savoir s’entourer et savoir reconnaitre dans son réseau les personnes qui sont autonomes envers elles-mêmes, et qui sont autonomes envers leurs équipes. À qui on va pouvoir quelque part déléguer notre leadership, déléguer notre savoir-faire. En tant que leader, on n’est pas là pour diriger tout le monde, on est juste là pour mener les autres vers l’avant. Et donc, avoir des éléments dans son équipe, qui veulent faire preuve de cette autonomie, qui veulent tirer eux aussi des gens vers l’avant. Ça permet d’avoir comme ça quelque part, plusieurs structures à l’intérieur d’une seule et même structure. Et sur la durée, l’autonomie de chacun crée la puissance du collectif.

Nassim : d’accord. Et aujourd’hui tu continues à renforcer directement ton réseau ou bien ça fait partie maintenant du travail exclusif de tes équipes ?

Thomas : je continue toujours à renforcer mon réseau. Ce qui est à changé sur ces derniers mois, ces dernières années, c’est que je travaille beaucoup plus localement. Parce qu’avec l’expérience, je me suis rendu compte que pour avoir un réseau sur la durée, le travail en local avec des personnes que l’on voit physiquement, avec lesquelles on travaille physiquement ça a clairement un gros impact. Voilà, je ne sais pas si ça répond à ta question.

Nassim : ça répond à ma question et ça me permet aussi de rebondir sur quelque chose de super-intéressant que tu as dit et que j’aimerais que toutes les personnes qui vont écouter ou lire cette interview puissent retenir. C’est le temps que ça peut demander pour se construire un petit business en faisant du MLM ou autre chose. Je ne vais pas parler de ma propre expérience parce que, un peu comme toi, ça a demandé 2-3 ans pour avoir quelque chose qui soit intéressant et stable financièrement parlant. Mais dans toutes les interviews que je réalise pour le blog, où je discute des fois avec des personnes qui ont des profils différents. Donc il y en a qui ont eu de la réussite en blogging, d’autres, c’est en freelance. Toutes ces personnes-là me parlent grosso modo d’une première année ou de 18 mois, voire 2 ans où c’était toujours pénible. Les résultats sur le côté financier n’y étaient pas. Mais c’étaient des phases capitales en termes d’apprentissage et en termes de construction. Et dès qu’on arrive à sortir de cette phase-là qui est horrible et je pense que c’est là où la plupart des personnes flanchent, ben les choses s’enchaînent et au bout de la 3e, 4e, 5e année comme dans ton cas ou dans le cas de beaucoup d’autres personnes, on arrive à vraiment avoir quelque chose qui ait de la gueule. Donc merci d’avoir mentionné ce point capital pour tous ceux qui souhaitent entreprendre.

Thomas : ok

Nassim : si j’ai bien compris ton parcours, je vois comment est-ce que tu as pu évoluer au sein de cette entreprise, et donc plus tu as grimpé, tu as le double effet qui se coule : tu as un réseau qui s’étoffe et puis tu as un peu plus de légitimité pour coacher, accompagner des personnes. Tu as peut-être un peu plus d’audience aussi sur ton blog forcément pour pouvoir faire de l’affiliation. Donc, voilà, tu as un peu un effet boule de neige qui se crée encore une fois quand on sort un peu des premiers mois, voire de la première année d’apprentissage. C’est correct ?

Thomas : tout à fait. Après, je pense que de toute façon, les 2 sont liés. Chacun ouvre à midi à sa porte, chacun construit son business comme il l’entend. Mais moi personnellement, je ne serais pas aligné avec le fait de faire les formations, de faire du coaching ou même ne serait-ce que faire de l’affiliation autour du MLM si moi-même, je n’ai pas l’expérience du terrain. Donc, quand je fais du coaching, quand je fais de l’infopreunariat, quand je fais de l’affiliation, il faut forcément qu’il y ait mon retour d’expérience qui parle derrière pour pouvoir accompagner tout un chacun à avancer vers ses objectifs. Et si je reprends très rapidement ce qu’on a évoqué juste avant sur le fait de tenir sur la durée, encore une fois, aujourd’hui, on parle du MLM, mais on aurait pu parler tout secteur d’activité. 90 % des sociétés, toutes activités confondues, ne tiennent pas sur 5 ans. Passé 5 ans d’activité, il y a 90 % des personnes qu’on ne voit plus. Et il y en a déjà 50 % au bout de la première année. Pourtant, quand vous démarrez une nouvelle activité quelle qu’elle soit, il faut du temps pour apprendre des compétences, etc. Et ça, ça se fait sur la durée et il faut avoir de la rigueur et de la persévérance pour construire quelque chose derrière.

Nassim : ok. Et simple question de curiosité, pourquoi avoir choisi cette entreprise en particulier ? Comment est-ce que ça s’est fait cette rencontre avec eux ?

Thomas : alors plusieurs facteurs. Moi déjà par rapport au MLM, au-delà de l’entreprise, mon critère numéro un, il va être plutôt avec quelles personnes je vais travailler. Donc là en l’occurrence, la personne qui m’a présenté cette société-là, je la connaissais depuis pratiquement 3 ans. Je savais qu’elle était sérieuse, je savais qu’elle avait des compétences, etc. Donc ça déjà pour moi, c’est le premier point hyper important et je vous incite à faire de même. Plutôt que de chercher la bonne entreprise, commencez par chercher le bon sponsor. Ça, c’est hyper important. C’est quelque chose que j’ai vu aussi de par mon expérience, c’est que quand vous avez les compétences autour du marketing de réseau, que vous ayez besoin derrière de vendre des compléments alimentaires, des cosmétiques, du voyage, ou mon cas ou d’autres choses, au final les compétences elles doivent être les mêmes. Et ces compétences-là, elles se transmettent de personne en personne. Ce n’est pas vraiment l’entrepris en soi qui va nous les transmettre. Critère numéro un, ça va être la personne avec laquelle vous travaillez. Critère numéro deux ça va être le fondateur de la société, le parcours qu’il a derrière, quelle vision il a sur le long terme par rapport à ce qu’il veut faire. Il y a une notion de timing qui est importante aussi. Moi clairement quand j’ai démarré, cette société, elle venait tout juste d’arriver en France, en Europe, il y avait tout à faire. Après, ceci dit, il n’y a pas de timing idéal. Si demain, quelqu’un démarre dans une société qui existe peut-être depuis 30 ans, ce n’est pas pour ça qu’il n’y aura pas de succès derrière. Mais il faut toujours regarder cette vision long terme et le backup un petit peu, du fondateur et la vision qu’il a à long terme. Ça, selon moi c’est les 2 critères principaux à regarder pour choisir son activité.

Nassim : ok. Et du coup, pour les personnes qui hésitent à se lancer dans le MLM, il peut y avoir plusieurs profils, ça, tu le connais mieux que moi : il y a les ultras septiques, il y a peut-être les ultras dépassés ou qui ont déjà beaucoup de choses, qui ont peut-être un job, une famille, des obligations. Quel message tu peux donner à ces 2 profils.

Thomas : déjà, pour les ultras sceptiques, si vous êtes sceptiques, franchement ne le faites pas. Ne le faites pas parce que si vous n’y croyez pas, vous n’aurez pas la bonne énergie pour aller de l’avant. Ou alors, si vous y mettez un petit peu d’énergie, ça ne va pas tenir sur la durée et clairement la réussite ne va pas se faire en l’espace de 2-3 mois. Pour les ultras sceptiques, restez sceptiques et puis continuez ce que vous faites. On ne cherche pas nous à convaincre à tout prix qui que ce soit que c’est la solution du siècle. Comme on dit le marketing de réseau, c’est fait pour tout le monde, mais tout le monde n’est pas fait pour le marketing de réseau. Et le 2e profil, tu me disais…

Nassim : ceux qui sont tentés, ceux qui hésitent, mais qui peuvent se dire, voilà, j’ai peut-être un job, des obligations familiales ou d’autres obligations. Je manque de temps pour me lancer, est-ce que j’ai ce qu’il faut pour me lancer… Voilà, c’est des personnes qui sont motivées, mais qui hésitent à y aller.

Thomas : par rapport au marketing de réseau, si vous hésitez, si vous avez peur de manquer de temps, lancez-vous. Lancez-vous parce que vous ne savez pas ce que vous avez à gagner derrière. Le marketing de réseau, beaucoup démarrent pour l’aspect financier. Pour gagner un complément de revenu, voire en vivre, faire carrière dans cette industrie. Et le fait est que vous pouvez demander à toutes les personnes qui ont fait plus d’un an dans le marketing de réseau, je ne parle pas forcément de ceux qui ont gagné beaucoup d’argent, etc. C’est une formidable école de la vie, parce que vous êtes en contact avec d’autres personnes. Si vous voulez avancer, vous êtes obligé de vous dépasser. Et toutes les personnes qui ont réussi vous le diront, au final ce qui est le plus jouissif pour chacun, ce n’est pas la réussite qu’on atteint, c’est le chemin que l’on parcourt et la personne que l’on devient au fur et à mesure du chemin que l’on parcourt. Et ça, ça n’a pas de prix.

Nassim : ça me fait penser à quelque chose que j’ai personnellement vécu en entreprise où quand tu es un simple employé, c’est une chose, mais quand on te confie une équipe à gérer, c’est autre chose. Parce que tu dois développer de nouvelles compétences pour tirer ton équipe vers le haut, pour qu’elle-même puisse être en mesure un moment donné d’avoir plus de responsabilités, peut-être d’avoir leurs propres équipes. Et c’est vrai qu’au-delà de tout, personnellement je trouve que cette interaction humaine, cette possibilité d’avoir ou cette chance d’avoir un impact positif sur les autres, mais également d’être enrichi par ce que les autres peuvent t’apporter, c’est extraordinaire. C’est sans doute l’aspect qui me manque dans ma vie d’avant quand je travaillais en entreprise. Mais heureusement, j’ai réussi à trouver d’autres points de satisfaction. Mais oui, je rejoins entièrement ce que tu dis ou j’arrive en tout cas à ressentir ce que tu partages. Du coup se lancer dans le MLM, c’est… Bien évidemment plus on y met de l’énergie, plus on peut obtenir des résultats ou on peut apprendre plus vite. Mais il faut y consacrer combien de temps en moyenne ? À peu près, je sais qu’il n’y a pas de règle générale, mais…

Thomas : comme tu l’as dit, forcément ça va dépendre des objectifs de chacun. On peut très bien démarrer en s’investissant 5 à 10 heures par semaine. Le plus important là-dedans en fait, ça va être de savoir faire la différence entre s’occuper et être productif. Parce que vous pouvez avoir l’impression de travailler énormément alors qu’au final, vous n’allez pas forcément faire des tâches productives. Et je pense qu’avec l’expérience, et tu me rejoindras certainement là-dessus aussi, avec l’expérience, on apprend justement à bien mettre de côté ce qui est vraiment important, ce qui est vraiment productif et justement à focaliser son temps là-dessus. Ce qui fait qu’au fil du temps, quand on a de la réussite, c’est marrant, mais, on travaille de moins en moins, pour gagner de plus en plus. Ça, c’est un cheminement à faire, c’est un apprentissage à faire. Donc, je dirai peut-être beaucoup de temps au début, sur lequel vous ne serez pas payé financièrement, mais vous serez payé en apprentissage. Et sur le moyen/long terme cet apprentissage-là, elle a une valeur inestimable.

Nassim : ok. J’ai vécu la même chose avec certaines des personnes qui me sollicitent beaucoup sur la partie blogging où c’est vrai qu’il y a des personnes qui peuvent passer beaucoup de temps sur les mauvais sujets. Ça, c’est vraiment ce que tu disais. Ces personnes-là peuvent m’expliquer voilà, j’ai passé tant de temps à peaufiner le design de mon site, mais je n’arrive pas à comprendre pourquoi je ne reçois pas de trafic. Mais les vrais sujets, c’est un peu ce dont on discutait juste avant la réunion, c’est quel temps tu as passé sur le contenu, comment est-ce que tu as essayé de faire connaître ton site web. Il y a plein de détails qui peuvent sembler très importants, mais qui au final n’apportent strictement rien. D’ailleurs, ça me permet de faire une bonne transition avec un autre sujet dont je voulais discuter avec toi, c’est tout ce qui est blogging. Aujourd’hui pour une personne qui se lance dans le MLM, un blog, c’est un plus, c’est un luxe, c’est indispensable ? Comment est-ce que tu situes aujourd’hui le rôle d’un blog pour pouvoir attirer des prospects, pour pouvoir parrainer peut-être davantage ou plus facilement.

Thomas : je dirai que ce sont 2 aspects. Premier aspect, déjà, lancez-vous dans le blogging si vous avez une vision long terme. Parce que clairement sur la durée, votre blog, il va travailler pour vous 24h/24, 7 jours/7, c’est une source de prospects qui est absolument fabuleuse. Et le deuxième volet, c’est tout simplement de choisir, vous le faites ou vous ne le faites pas. Parce que, encore une fois, je le sais de ma propre expérience, vous avez le métier de marketeur de réseaux et vous avez le métier de bloggeur, ce sont 2 métiers à part. Sachez que si vous, vous lancez, vous avez 2 métiers à apprendre. Donc il n’y a pas de : je vais essayer de le faire. Si vous le faites, faites le ou ne le faites pas.

Nassim : d’accord, il faut y aller à fond, quelle que soit l’option ou les options que l’on retient. Donc, aujourd’hui ton blog, j’avais vu quelque part qu’il te permet d’avoir à peu près 15 000 – 16 000 personnes chaque mois, qui s’intéressent à ce que tu racontes et à ce que tu fais dessus.

Thomas : oui

Nassim : ok d’accord. Et ça te prend combien de temps à gérer au quotidien ? Ton blog, ta newsletter… Et quel temps ça te laisse ensuite par rapport à la gestion de tes équipes ?

Thomas : aujourd’hui, je passe 30 minutes par jour à lire mes e-mails au quotidien. Et par rapport à mon blog, je dirai 2-3 heures par semaine pour écrire un nouvel article, éventuellement remettre à jour un ancien, etc. Et ça, c’est parce qu’il y a du travail en amont qui a été fait. Au départ, ça m’a demandé beaucoup plus de temps pour justement apprendre le métier.

Nassim : Ok. Et la gestion d’équipe, tu y consacres combien d’heures par jour, par semaine ?

Thomas : ça, ça va me prendre plutôt 3 heures par jour.

Nassim : ok. Ça te fait des journées sympathiques entre les équipes et faire tourner un petit peu ton blog

Thomas : ça me fait des journées de 7 – 8 h généralement. Ma journée en général, elle commence à 7 h. Je travaille de 7 h à 12 h généralement. Je reprends de 14 h à 18 h. À ce moment-là en fin de journée, je vais me balader, je prends du temps pour moi, famille, etc. Assez régulièrement, je vais faire une présentation, une formation, etc. Le soir pour les équipes. Parce que la majorité des personnes qui sont engagées en marketing de réseau, elles ont un travail à côté, donc c’est à ce moment-là qu’elles sont disponibles. Il faut savoir d’adapter aussi.

Nassim : d’accord. Tu as des résultats intéressants, mais tu bosses quand même pas mal au quotidien pour les consolider, pour peut-être développer tes activités d’avantage. C’est quoi la vision que tu as toi par rapport à ce que tu fais, comment est-ce que tu vois ton propre métier ou tes propres activités évoluer dans le temps ? C’est quoi la vision que tu as, par rapport à tout ça ?

Thomas : moi, la vision long terme que j’ai, c’est d’accompagner les personnes à réussir en marketing de réseau en utilisant Internet et les réseaux sociaux. Parce que j’ai les compétences là-dessus, ça fait 5 ans que je fais ça et je sais que je sais le faire. J’ai déjà accompagné les personnes qui réussissent très bien aujourd’hui via, ces méthodes-là. Après là, actuellement, c’est d’actualité, ça bouge sans arrêt, je veux vraiment me spécialiser sur Facebook, sur les réseaux sociaux, sur ces, un canal particulier. Et c’est toujours très intéressant de se spécialiser sur un domaine en particulier parce que chaque domaine à ses spécificités et l’important, c’est de se focaliser sur une chose à la fois.

Nassim : d’accord. Ça, ça a l’air intéressant comme voie. Et du coup d’autres projets sur un plan professionnel ou personnel en dehors de ce dont on vient de discuter ?

Thomas : plan personnel, ça serait…

Nassim : des voyages

Thomas : ouais, voilà. Simplement d’être beaucoup plus digital nomade, de bouger sans arrêt. Je suis dans une activité où avec un ordinateur et un téléphone, je peux être n’importe où sur la planète, il suffit d’avoir une connexion Internet, je peux travailler. À l’heure actuelle que ce soit moi-même ou ma compagne, on a des enfants qui sont encore jeunes, qui sont scolarisés, donc, on le fait un petit peu mais on est limité par rapport à ça. Et c’est sûr que dans 10 ans, on bougera beaucoup plus quand les enfants seront libres.

Nassim : écoute, la boucle est bouclée. On avait parlé de ton voyage en Asie en tout début d’interview, puis on a parlé de la compagnie que tu as rejointe, NWR Life qui travaille dans le domaine du voyage. Et puis voilà, tu as des projets de voyage, qui j’espère pourront se faire plus facilement quand les petits seront plus grands. J’allais dire, je subis ça aussi donc je peux comprendre ce point également. Donc, voilà, je ne vais pas te retenir davantage, un très grand merci pour tout ce que tu as partagé. Personnellement je trouve toujours enrichissant et agréable d’avoir ces discussions avec des personnes qui ont une certaine expérience sur une certaine réussite dans un domaine en particulier parce que moi aussi ça me donne des idées, ça me donne aussi parfois un peu plus d’énergie pour mieux développer mes différents projets. Et je suis convaincu que tous ceux qui regarderont ou liront l’interview vont énormément apprécier tout ce que tu as partagé. Donc, merci beaucoup.

Thomas : merci à toi Nassim pour cette interview. Et puis voilà, si aujourd’hui vous avez la volonté de vous développer sur Internet, pour faire du marketing de réseau, sachez que Nassim a créé une formation sur le sujet du marketing de réseau, via le blogging. Je l’ai suivi pas plutard que le weekend dernier. Même moi à mon niveau avec l’expérience que j’ai, j’ai appris des choses. Donc, clairement, si vous voulez vous lancer, allez-y, vous aurez déjà une très bonne base.

Nassim : ça marche. Écoute, je vais mettre le lien dans l’interview et puis je mettrai surtout le lien vers ton propre blog, vers certains de tes articles pour que les personnes qui vont s’intéresser à toi puissent voir de plus près ce que tu es entrain de faire. Parfait, je te souhaite une très bonne journée Thomas et à très bientôt.

Thomas : merci à toit Nassim. Salut

Nassim : ciao.

Moi, c'est Nassim

Vous souhaitez travailler de chez vous ? Avoir un complément de revenu ou avoir votre affaire ? Ce site est la pour vous aider à y arriver. Comment ? Avec des informations pratiques et de qualité.  Je suis Nassim, 36 ans, marié, deux enfants et ... je travaille de chez moi à temps plein sur différents sites web (plus de détails me concernant ici). Si vous avez envie de discuter de votre projet, n'hésitez pas à me contacter.

Un avis ? Une question ? Un commentaire ?

2 comments
Catherine says 15/10/2019

Article intéressant.
Comme quoi, perseverance est le mot clé pour y arriver.
Merci pour ce beau partage

Reply
Roland says 25/10/2019

Très bon article pour moi ce qui marche en ce moment et qui me permet de gagner en moyenne 2300€ c’est le travail sur YouTube
[lien supprimé]
Je pense que ça peut aider bon nombre

Reply
Add Your Reply

>