fbpx

Marketing de niche : comment avoir complément de revenu – Interview de Kevin Bodin

J’ai eu le plaisir d’interviewer Kevin Bodin, du blog KevinBodin.com.

Si vous êtes en train de lire ces lignes, le marketing de niche est une super opportunité pour réussir à constituer un revenu complémentaire (voir plus 🙂

Le principe ?

Trouver un besoin très spécifique, lancer un site web et le monétiser 🙂

Ayant déjà testé le marketing de niche par le passé, je me suis éclaté en interrogeant Kevin.

Si vous ne le connaissez pas…

Kevin Bodin est web entrepreneur depuis bientôt une dizaine d’années. Son succès ne s’est pas construit en un jour (loin de là).

Aujourd’hui, grâce au marketing de niche, il arrive à toucher environ 10 000 € par mois d’une manière quasi passive.

La bonne nouvelle est que le marketing de niche est super accessible.

L’interview est très riche en stratégies, mais également en informations pratiques.

Vous souhaitez donc réussir en Blogging ? 

Faire de l'affiliation ou vendre vos infoproduits?

Inscrivez-vous, et vous recevrez des informations de qualité pour vous aider à réussir votre projet

Un beau programme donc.

On passe aux détails ? 🙂

Découvrez l’interview de Kevin Bondin (vidéo)

Sans plus tarder, je vous laisse découvrir l’interview.

Dans cet interview vous allez découvrir…

  • Qui est Kevin, d’ou est-ce qu’il sort et comment est-ce qu’il est tombé dans le marketing de niche.
  • Son business en ligne et comment est-ce qu’il réussi à toucher environ 10.000 en revenus passifs (ou presque) chaque mois.
  • La vie qu’il mène (c’est juste dingue 🙂 )
  • Comment est-ce qu’il choisi ses niches.
  • Comment est-ce qu’il travaille son référencement.
  • Ses meilleurs outils.
  • Ses conseils pour ceux qui souhaitent se lancer.
  • Et beaucoup de choses encore 😉

Un beau programme… qui devrait vous donner envie d’attaquer le marketing de niche:)

Pour découvrir  Kevin Bodin et le marketing de niche

Vous avez plusieurs possibilités :

Et surtout :

Vous devriez adorer 🙂

Retranscription de l’Interview  (pour ceux qui aiment la lecture!)

Nassim : Bonjour tout le monde, aujourd’hui je suis très content de pouvoir partager avec vous et de pouvoir interroger Kevin Bodin sur un sujet qui à mon avis va intéresser beaucoup de monde, à savoir le marketing de niche. Pour ceux qui connaissent un peu le sujet, vous savez peut-être que c’est un bon moyen d’avoir des revenus passifs. Mais tout le temps quand il s’agit de revenus passifs, on se méfie un peu. Et aujourd’hui j’ai la chance de discuter avec Kevin qui a quand même pas mal d’expérience dans le sujet. Et avant de le laisser se présenter plus en détail, j’aimerais juste histoire de faire un petit teaser pour cette interview, rappeler qu’il touche environ 5 000 € par mois d’une manière passive. Donc, on va creuser les détails dans un moment. Et donc, bonjour Kevin.

Kevin : Bonjour Nassim, bonjour à tous ceux qui nous écoutent.

Nassim : Écoute, je te remercie d’être présent pour cette interview et je vais sans plus tarder, je vais arrêter de faire mes teasers, je vais te laisser te présenter. Qui es-tu, d’où viens-tu et comment est-ce que tu es tombé dans cette histoire de marketing de niche ?

Kevin : Alors, c’était simple et pas simple à la fois. Je m’appelle Kevin Bodin, je suis originaire d’une petite ville du centre de la France qui s’appelle Châteauroux. Pour la petite anecdote, Châteauroux et même connu jusque dans le trou du cul de la Thaïlande par rapport à l’équipe de foot et c’est assez drôle. J’ai rencontré un thaï qui m’a dit, ah ! Châteauroux je connais. J’ai fait toi, tu vas me vendre un truc c’est sûr. Et là il a commencé à me lister l’ensemble des joueurs de l’équipe de foot de Châteauroux que je ne connaissais pas. Je suis allé me renseigner après et effectivement le mec connaissait tous les joueurs de Châteauroux. Parce qu’il y a un moment, ils devaient être en D1 et également en D2. Et il connaissait bien Châteauroux. Donc c’était assez drôle, c’était un petit village dans le fin fond de la Thaïlande où il y a un touriste à tous les 200 voire 500 km.

Nassim : Donc il doit savoir aussi qu’on appelle les habitants de Châteauroux les Castelroussins. C’est bien ça ?

Kevin : C’est ça, ouais tu as tout juste. Je ne sais pas s’il était jusque-là, mais avec le peu qu’il m’a dit, j’ai fait écoute, même si tu me fais payer ta noix de coco 10 fois plus chère, pour le coup, je la paierai.

Nassim : Ça vaut le coup, je suis d’accord.

Kevin : et donc comment est-ce que je suis tombé un petit peu dans l’affiliation marketing, notamment sur le fait de bosser en ligne. J’ai commencé à voyager en Thaïlande, j’ai commencé à voyager également au Vietnam pour des stages de boxe et puis également réflexologie. Et j’ai touché quelque chose du doigt et je me suis dit waouh ! Voyager, c’est un truc qui me passionne. Voilà je découvre des nouvelles cultures, je suis en mode exploration, je me prenais un petit peu pour Mike Horn à cette époque-là. Et je suis revenue en France et j’ai eu l’occasion d’avoir un CDD en temps complet durant les soldes à Décathlon, un job d’été. Et donc, tout mon corps était en France et tout mon esprit était encore en Thaïlande et au Vietnam. Et je ne sais pas si tu as déjà fait, dans un magasin de fringues durant les soldes. Au bout de 2 semaines j’avais envie d’enfoncer le cintre dans la prochaine personne qui me foutait un t-shirt par terre. Donc là je me suis dit, il va peut-être falloir que je songe à faire autre chose.

Nassim : Rien qu’accompagner ma femme pendant les soldes c’est pénible, alors je n’ose même pas imaginer ce que ça doit être quand on est de l’autre côté.

Kevin : ouais. Et puis en plus tu es payé au lance-pierre. Tu es dans un environnement qui te dit que tu n’es pas épanouissant. Trier les t-shirts par couleur et par taille à un moment, à la fin de la journée, tu ressors plus bête que quand tu es rentré dans le magasin. Je ne jette pas la pierre à ceux qui y travaillent, mais pour moi c’était vraiment quelque chose qui ne me correspondait pas. Donc, comme tout le monde je suis allé sur Internet, j’ai commencé à regarder un petit peu sur comment gagner de l’argent en ligne. Tout au début, vraiment tout au début, j’ai commencé sur le casino en ligne et je jouais au Black Jack. Donc il y avait en fait les mises et en fonction de l’écart qui ressortait tu avais une grille et soit tu misais, soit tu te couchais, soit tu doublais. Donc j’avais gagné à peu près 1 000 € en un mois jusqu’au moment où j’ai eu une série noire de plus de 12 coups manqués. Et il faut savoir que quand tu manques un coup, tu doubles ta mise pour essayer de récupérer ce que tu as perdu. Donc ça fait 1 €, 2 €, 4, 8, 16, 32, 64. Et j’étais arrivé dans les 500 et quelques. Et là j’ai fait le prochain coup et après je n’avais plus rien donc j’ai arrêté, j’ai perdu 500 €. J’avais une très belle courbe émotionnelle à chaque coup et je me suis dit, je vais essayer d’avoir un truc un peu plus stable. Et vu que je voyageais pas mal en Asie à ce moment-là, j’ai dit bah écoute, je vais lancer un blog sur le Vietnam. C’est là où j’ai vraiment commencé à gagner de l’argent sur le web, j’étais à peu près à 2 000 €, c’était essentiellement de la vente d’articles sponsorisés. Donc à l’époque, Google autorisait, tolérait un petit peu cette pratique-là. Et un beau jour de 2014, j’avais senti un petit peu le vent tourner parce que finalement tu vendais les liens un peu moins cher, il y en avait à profusion sur Internet et c’était un peu comme un bulle qui te dit à un moment va péter. Et toujours au lendemain, tu as Google qui a mis un gros coup de pied dans la fourmilière, qui a banni et qui a pénalisé tout le monde, dont mes clients. Et je suis passé de 2 000 € mensuel à 100 € du jour au lendemain en 24 h. Je me suis couché, je me suis réveillé le lendemain matin la plateforme était fermée. C’était un jour en train de buzzer, je ne me souviens plus. Une grosse plateforme qui mettait en relation les éditeurs et les annonceurs. Et plus rien. 15 jours après je partais en Thaïlande, j’avais réservé le superbe hôtel et tout ça en mode je vais me faire plaisir. J’appelle ma chérie de l’époque et je lui dis, écoute essaye de voir s’il n’y a pas une petite Guest House pas très loin de l’hôtel 5 étoiles parce que je pense que ça va être difficile et on ne sait jamais, fais la provision de riz, on va peut-être manger des patates pendant quelques mois. À cette même époque, j’ai rencontré 2 personnes qui sont maintenant de très bons amis à moi, qui sont Maximilien et Yann. Qui étaient à l’époque dans les sites de niche et qui m’ont initié finalement. Et pour la petite histoire je leur ai dit les mecs, je vous paye des bières autant que vous voulez, mais je veux qu’à la fin vous me dites un petit peu le fin mot de l’histoire. Parce qu’ils travaillaient pour caricaturer 10 fois moins et gagnaient 10 fois plus. Donc c’est de là où j’ai commencé à lancer le premier site de niche. Et puis de fil en aiguille, il m’a fallu à peu près une dizaine de mois pour passer la barre de 1 000 € et à peu près 2 ans et demi à peu près pour passer la barre des 5 000.

Nassim : Ok. Donc, je fais une petite parenthèse. Ce que tu viens de dire ça m’inspire un la réflexion suivante. Souvent quand on commence à s’intéresser à la partie blogging, revenu passif, il y a beaucoup de personnes qui pensent que ça vient assez rapidement. Or, ce que tu dis c’est que même en te retroussant les manches sans doute, ça a quand même demandé un certain temps pour franchir la première barre des 1 000 € et puis franchir les autres paliers par la suite.

Kevin : tout à fait. Il faut dire qu’à l’époque j’étais débutant, mon marketing n’était pas forcément avancé, avec tout ce qui ressort actuellement avec la pub Facebook, avec l’article invité, avec le marketing que j’ai appris, dépasser la barre des 1 000 €, je pense que ça va prendre beaucoup moins de temps. Mais il faut avoir une très bonne stratégie.

Nassim : Ok. J’insiste sur ça parce que bon… Tu as consulté mon blog, tu as vu que je réalisais souvent les interviews. Et souvent quand je discute avec les personnes que j’ai en interview, qui ont souvent des profils différents. Certains sont Freelancer, d’autres plus orientés e-commerce, d’autres infopreunariat. Mais ceux qui ont les plus gros succès, ils expliquent très bien que ça s’est construit tout doucement et ça a demandé quand même quelques années. Les résultats sont venus au fur et à mesure. Et puis il y a un effet d’accélération après un certain temps mais tu passes forcément par une phase où tu dois construire ton truc.

Kevin : en fait c’est vrai qu’actuellement sur le web on te montre des réussites qui sont assez fulgurantes. Comment je suis passé de 0 à 10 000 € en l’espace de 30 jours. Alors certes, je ne dis pas que c’est impossible, mais ça concerne une très faible minorité des personnes, on va dire 1 % de la population mondiale. Ce qu’il y a c’est que les 99 % autres, prennent ce 1 % en référence alors que ce n’est pas vraiment du tout le cas. Il y a pas mal de personnes qui vont se dire, c’est possible, qui vont se casser les dents. Moi je prends le parti opposé, je dis tu peux créer un site de niche, qui va te générer 300 € en moyenne. Vraiment si tu choisis bien ta niche et que tu travailles un minimum, 300 € par mois c’est largement atteignable par au moins 80 % des personnes qui ont déjà un petit peu le nez dans le web, qui savent un petit peu au moins taper à l’ordinateur. Tu vois quelqu’un qui est né avec un clavier dans les mains. Ce qu’il y a c’est qu’un site de niche tu peux en créer 2, 3. Imagine que tu en crées un tous les trimestres, donc tu peux en créer 4. Eh ben à la fin de l’année, tu as 1 200 €. Ça au moins c’est quelque chose qui est beaucoup plus réalisable par la majorité des personnes.

Nassim : Ok. Bah écoute on va creuser ce sujet un peu plus en détail dans un moment. Mais par curiosité, vu que maintenant tu arrives à gagner convenablement ta vie grâce à tes projets, ton business en ligne c’est quoi aujourd’hui ? Tu as combien de site, comment est-ce que tu gères les choses ? Comment est-ce que tu vois les choses pour les prochains mois, pour le futur ?

Kevin : On va dire que les sites de niche, il y a un moment où j’en créais quand même 3, 4 par mois, j’étais vraiment en mode geek. Dès que j’avais une idée je lançais le site. Le problème quand tu lances beaucoup de sites c’est que tu as forcément une perte. Donc il y en a sur lesquels tu vas lancer et dont tu ne vas pas forcément t’occuper. Donc j’ai à peu près une 100 d’idées de sites de niche en tout. 100 noms de domaines que j’ai achetés et avec lesquels il y a du contenu dessus. Sauf que, eh bien la théorie des 80/20 s’applique également aux sites de niche, j’ai 20 % de mes sites qui me rapportent 80. C’est simplement la raison pour laquelle je me suis focalisé sur ce qui marchait. C’est-à-dire que les 80 qui me rapportaient 20 % j’ai laissé de côté. Ils me rapportent suffisamment pour payer l’hébergement et le nom de domaine donc je laisse, ça me permet de faire éventuellement les échanges d’articles avec d’autres bloggeurs, d’autres webmasters ou éventuellement de la vente de lien. Mais je priorise, en fait c’est simple, je me dis j’ai 24 h dans la journée, quelles actions vont me permettre de rapporter le plus d’argent. Est-ce que c’est en me focalisant sur ces 20 sites qui avec un article peuvent me rapporter tant d’argent ? Ou un autre site où il va me falloir peut-être faire 10 articles et qui va me rapporter peut-être 10 fois moins d’argent ? Donc le calcul il est vite fait. Après ça n’engage que moi, si je me suis lancé notamment en ligne et sur les sites de niche, je me différencie un petit peu des personnes qui vont faire éventuellement de l’e-commerce et qui vont être vraiment infopreneurs. Qui en fait c’est imbriqué avec leur vie. Ils se définissent comme web entrepreneur, ils se définissent comme e-commerce c’est un métier à part entière. Or, j’ai essayé de le faire de mon côté, ça n’a pas forcément marché parce que moi je vois plutôt ça comme un support pour la vie que j’ai envie de vivre. Donc ça me dérange moins de gagner moins à condition que je puisse faire ce qui me plait à côté. Si c’est pour gagner 2 fois, voir 10 fois plus mais que je sois obligé de passer ma vie devant mon écran, ça ne m’intéresse pas. Donc, moi les sites de niche, c’est vraiment un support pour la vie que j’ai envie de faire, ça nécessite de ne pas être devant l’écran tous les jours et le fait que ça soit des revenus passifs, c’est ça qui est également intéressant.

Nassim : Oui. C’est intéressant ce que tu dis comme approche parce que je teste un peu les 2. J’ai un gros sur le travail à domicile et c’est un projet qui me tient à cœur pour plein de raison. Je pense que c’est important d’essayer de filer un petit coup de main à ceux qui veulent changer un peu le cours de leur vie. Et c’est vrai que ça demande beaucoup temps. C’est passionnant, ça me tient à cœur mais c’est vrai que… Voilà. C’est un site qu’il faut faire vivre, qu’il faut promouvoir, etc. Et à côté de ça, j’ai 2, 3 sites que je ne touche pratiquement plus et qui eux fonctionnent très bien sans moi. Et j’ai encore plein d’idées en tête, je n’ai pas tout mis en application parce qu’à un moment il faut quand même avoir une vie. Mais c’est vrai que c’est 2 approches différentes. Le côté où tu es engagé dans ton projet personnellement et l’autre partie où tu essayes juste de piloter les choses pour avoir un support pour la vie que tu mènes.

Kevin : tout à fait.

Nassim : Et une autre question, tu m’excuserais, je suis un peu curieux. On comprend maintenant comment fonctionne ton business, côté life style justement, la fameuse vie que tu réussis à mener ou que tu as peut-être réussi à mener, grâce à tes sites de niche, ça ressemble à quoi au juste ? Fais-nous rêver.

Kevin : Ça dépend en fait finalement de la période à laquelle tu la prends. Là actuellement, j’ai passé 1.5 ans sur Lyon. Donc avant je voyageais beaucoup, j’étais dans le domaine digital. Pourquoi est-ce que je suis revenu sur Lyon, parce que j’ai simplement changé de copine. Donc en fait pour la petite histoire, moi j’étais encore plus ou moins sur Bangkok, elle était d’Annecy, elle était encore chez ses parents. Et on s’est dit bah écoute, on va prendre un appartement sur Lyon, on va y passe 6 mois, c’était un compromis que j’ai fait, comme ça, ça va te permettre d’arriver à te dire, je peux vivre en dehors de chez mes parents, prendre un appartement, voir si ça matchait entre nous. Et également, on en parlera juste après, on a un projet d’aller en Australie en tant que Barista. Barista c’est simple, c’est le mec qui te fait les cœurs dans les cappuccinos pour vraiment caricaturer. Et elle, elle a commencé de zéro, elle est dans l’hôtellerie, tourisme, etc. Et en gros, elle a postulé en tant que Barista apprentis dans des coffee shops sur Lyon, donc au Slake coffee shop pour ceux qui sont de Lyon au cas où. Et finalement, au lieu d’y rester 6 mois, on y est resté 1.5 ans. Par la suite, mi aussi je m’intéresse beaucoup au café, d’ailleurs sur ma chaine je partage également une étude de cas. Parce que j’ai créé un site de niche sur le café, pour faire voir aussi que c’est possible de blogger sur sa passion, mais en mode site de niche sans forcément le mettre en avant. Et, donc on s’est pris 1.5 ans. En fait c’était ça. Quand tu bosses sur le web tu as le côté effort, et quand je voyageais, j’avais le côté réconfort. En gros quand j’étais en Thaïlande, j’ai vécu à peu près de 2011 jusqu’en 2016 à temps partiel. J’ai une maison vraiment dans le trou du cul de la Thaïlande justement où le Thaïlandais m’avait parlé de Châteauroux. Et je suis sortie d’une vie où je pouvais aller quand je veux, où je voulais. Parce que ma copine de l’époque avait son travail à elle en mode entrepreneuse. Donc en gros je lui dis tien ça te dit, on va se passer 15 jours à la plage, on allait 15 jours à la plage le lendemain. Là vu que ma nouvelle copine à un CDI, il y a eu des concessions à faire. Donc moi les premiers mois à Lyon j’ai pété un câble. Et c’était assez drôle parce que j’en parlais à mon barbier. Je lui dis putain Giles je me fais chier ! Il me dit bah ouais, t’es comme un mec qui est au chômage, qui à partir de 10 h a terminé sa journée et ne sait pas quoi faire. Donc j’ai trouvé des occupations diverses. Et je n’ai rien trouvé de mieux que de faire des allers/retours le weekend. Je pars le samedi matin à 7 h, j’arrive à 9 h à Paris, je bosse en tant que Barista toue la journée, samedi et dimanche et je repars sur Lyon le dimanche soir. Donc je me suis amusé à avoir mon expérience de Barista. Et donc les billets sont pris, on part le 17 septembre sur Bali pour 3 semaines et on enchaine directement avec l’Australie le 6 août. Il va y avoir plusieurs projets : Amélioration de mon anglais, je vais me prendre un petit taf vraiment pour le délire en tant que Barista les weekends, 24 h par semaine c’est largement suffisant pour moi. Je vais voir un petit peu la communauté web entrepreneur sur place. Et je vais en profiter parce que sur Bangkok tu as le AWE, si je me souviens bien c’est une grande conférence sur l’affiliation, l’e-commerce qui avait lieu à Barcelone au mois de juillet et qui a lieu également à Bangkok. On va aller visiter un petit peu les pays aux alentours, donc il va y avoir Nouvelle Zélande, la Polynésie Française, la Nouvelle-Calédonie et puis un petit tour en van bien sûr en Australie. Donc on y parle, je te dis j’ai le visa pour l’Australie, PVT qui est passé de 30 à 35 ans au 1er juillet donc c’était super, je tombe pile-poil au moment où il fallait. Et le billet pour Bali. Je n’ai pas encore mon billet pour aller en Australie, je ne sais pas où je vais dormir, rien du tout, c’est vraiment en mode aventure et on part dans un mois et demi.

Nassim : Ce n’est pas mal on va dire. Ça fait des beaux projets. J’adore le truc de, je fais le Barista en hobbies, pour le fun.

Kevin : Le truc qui était drôle c’est qu’en fait quand je vais à Paris, le billet de train me coute plus cher que les heures de travail. Donc, finalement je suis perdant quand je vais à Paris. Quand je dis ça à des clients et à des potes, je fais ouais mais j’ai décidé de le faire parce que je prends de l’expérience en fait. Je m’amuse à le faire, c’est un truc qui me passionne. Donc c’était un deal que j’ai eu avec le mec, je lui ai dit bah écoute, je suis sur Lyon, je viens sur Paris, on se dit jusqu’au 1er septembre, mais tous les weekends je suis là.

Nassim : Ok. Et du coup, tu bosses combien de minutes par jour, combien d’heures sur tes sites web ?

Kevin : Ça dépend. Sur les sites web actuellement, si tu veux depuis le début d’année, je suis en train de revoir tout le marketing au travers de ma chaine YouTube et de la vente de mes formations. Donc ça me prend énormément de temps, c’est un truc que je n’ai pas fait les 3 dernières années, donc là il y a tout à refaire. Et les sites de niche je ne m’en occupe pas. La dernière fois où je me suis occupé d’un site de niche c’était un site sur la rencontre, c’était au cours de l’année dernière. Donc là je ne m’en occupe pas du tout. Donc forcément les revenus ont un petit peu baissé parce que ça demande un minimum d’entretien. Mais je suis toujours sur une moyenne de 5 000 € par mois. Et là, le site que j’ai retouché en octobre, il me génère 300 € par mois en moyenne. C’est assez stable en termes de revenu.

Nassim : Bah en tout cas bravo pour ce que tu as réussi à construire parce que franchement c’est top. On va passer un peu à la partie technique, on va creuser un peu les sujets. Sachant que je mettrai le lien ou les liens vers ton site ou vers certaines de tes vidéos dans la description pour que ceux qui nous écoutent, puissent un peu suivre ou voir de plus près ce que tu fais sur ton site web. Quand on parle de site de niche, ta principale stratégie de monétisation, c’est de l’affiliation ?

Kevin : ouais, essentiellement de l’affiliation à 90 %.

Nassim : Ok. On va rester sur les 90 %. C’est plutôt de l’affiliation Amazone ou tu fais d’autres formes d’affiliation ?

Kevin : pas essentiellement de l’affiliation d’Amazone. Moi je suis toujours spécialisé dans tout ce qui va être santé. Donc, médicament et également compléments alimentaires. Il faut savoir qu’actuellement il y a pas mal d’updates Google sur tout ce qui va être santé et tu as pas mal de sites qui se font cartonner. J’en ai eu certain de moi qui se sont fait cartonner. Et là ceux qui me rapportent toujours autant de revenus c’est l’affiliation sur la rencontre. Il faut savoir que je crée des blogs sur une nationalité, par exemple les rencontres espagnoles. Et je renvoie sur des sites de rencontres et je suis commissionnaire à 75 %.

Nassim : Ok, ok. Ce n’est pas mal. Pour peu que le site tourne un peu. Pour ceux qui nous écoutent, en termes de comment trouver ça… J’imagine qu’on doit te poser souvent la question, comment est-ce que tu peux trouver une niche, comment est-ce que tu check que c’est une bonne niche ? Est-ce que tu as un processus ou est-ce que tu as des conseils que tu donnes en particulier par rapport à ça ? Comment tu t’y prends ?

Kevin : C’est le process que j’utilise à chaque fois que je recommande à tous ceux qui veulent se lancer. Il faut savoir qu’un site de niche, si tu te plantes sur la thématique du début, bah tout le reste va en découler et tu vas perdre de l’argent. Donc pour ma part, j’ai 5 critères qui sont les suivants : Le premier c’est le nombre de recherches mensuelles sur le mot-clé principal. Il faut qu’il y ait un minimum de recherches, ce n’est pas obligatoire qu’il y ait 10 000 recherches mensuelles. Si on est sur une recherche avec une forte intention d’achat, derrière avec des mots clés tels que : meilleur, achat, en ligne, comparaison. Ou éventuellement, si c’est le nom d’un site de rencontres, si quelqu’un cherche le nom d’un site de rencontres « avis », tu sais que la personne, elle est susceptible de pouvoir s’inscrire. Donc, si on prend l’exemple des sites de rencontres espagnoles, soit je peux créer un site sur les sites de rencontre espagnol, ce n’est pas pour une recherche mensuelle, c’est vraiment à titre d’exemple. Ou alors je peux partir par exemple sur le nom d’un site labelleespagnol.com qui est un site de rencontres et les gens vont chercher ce mot-clé dans Google. Donc voilà, c’est vraiment la recherche principale. Ça c’est pour le premier critère. Le deuxième critère ça va être les recherches connexes. Parce que généralement, on ne va pas créer un site avec une seule page. Donc, on va voir un petit peu toutes les recherches connexes qu’il peut y avoir. Donc si on part sur « site de rencontres Espagnol », ça peut être « rencontrer une Espagnol », « femme Espagnole », « séduire Espagnole », « draguer en Espagne », des choses comme ça.

Nassim : C’est moins direct, mais c’est toujours en rapport.

Kevin : C’est toujours en rapport. « Comment séduire en ligne » également. Ça peut être quelque chose qui peut se… On est moins niché, mais ça peut quand même attirer des personnes. Puis, après tous les mots-clés de longues traines avec « site de rencontres espagnoles pas cher », « site de rencontres espagnol gratuit ». Il y a une petite technique quand c’est du gratuit, parce que les gens vont quand même devoir payer à un moment, c’est de faire ce qu’on appelle du CPA, du Cout Par Acquisition. Où en fait, toi tu es payé à l’inscription de la personne. Finalement, même si elle doit payer après et que la personne ne paye pas, bah tu as quand même toi envoyé le lead, donc c’est intéressant. Ensuite tu vas avoir la monétisation de ta niche, ça c’est le critère numéro 3. Et dans ce critère, tu as 3 sous-critères. Le premier sous critère ça va être, est-ce que le produit est disponible en ligne ? Si on prend des tronçonneuses par exemple, pour des tronçonneuses, tu en as en vente sur Amazone. Deuxième sous critère c’est, est-ce qu’il y a un programme d’affiliation ? Pour les tronçonneuses c’est oui, parce que tu as le programme partenaires Amazone. Et le troisième et qu’on oublie assez souvent c’est, est-ce que le produit s’achète en ligne ? La tronçonneuse oui, parce que quand tu regardes il y a des avis sur Amazone. Et à chaque fois qu’une personne poste un avis, c’est que la personne a acheté le produit. Anecdote, j’avais lancé un site sur les canapés Chesterfild qui sont des gros canapés en cuir anglais. Tous les critères étaient au vert, sauf que je me suis aperçu que tu avais zéro commentaire sur Amazone parce que les personnes recherchaient des informations en ligne mais achetaient chez BUTT. Et après tu vas avoir 2 autres critères, le quatrième ça va bien sûr être la concurrence sur la première page de Google. Moi je conseille de partir sur des concurrences faibles, comme ça tu vas moins faire des référencements, tu rentres beaucoup plus rapidement et tu dures beaucoup plus longtemps également. Tu as moins de concurrence, tu es moins susceptible de te faire dégager en page n°2 parce que tu as un concurrent un peu plus agressif ou un peu plus qualitatif sur la niche. Donc ça tu as pas mal de logiciels, tu as KWFinder qui permet d’avoir une estimation de la concurrence. Tu vas également avoir Keyword et Viewer qui est une extension de Google chrome et Mozilla qui est gratuite. Et tu as Rangs Power également qui depuis pas très longtemps te met une estimation de la concurrence. Donc quand tu cumules un petit peu l’ensemble, finalement tu peux te dire, tien je peux aller un petit peu sur cette niche ou pas. Et le tout dernier critère ça va être la tendance. Donc à savoir, il y a 2 types de tendance : Il y a comment ont évolué les recherches sur mon mot-clé principale durant les 5 dernières années. Donc ça tu le fais avec Google Trend. Si tu vois que les recherches sont en chute libre les 5 dernières années, tu peux te dire que pour les 5 prochaines années ça ne va pas forcément aller vers le mieux. Si tu as un truc qui est constant, bah c’est bien. Si tu as un truc qui monte c’est encore mieux. Et le deuxième type de tendance c’est la saisonnalité. Je te prends un exemple, si tu vends des machines à glaçon tu vas en vendre à profusion par contre en plein mois de février peut-être un peu moins. Voilà, donc il faut que l’ensemble de ces critères soit au vert. Le plus important ça va être la monétisation ainsi que la concurrence et le nombre de recherches mensuel. Donc vraiment, ces 3 critères sont vraiment primordiaux.

Nassim : D’accord. Ensuite quand tu as ton idée, j’imagine que tu dois alimenter le site web en contenus en rapport avec les mots-clés que tu as identifiés. Et puis j’imagine que tu dois promouvoir le site web en question pour qu’il puisse grimper dans les moteurs de recherche. Est-ce qu’il y a des stratégies que tu conseilles ou que tu déconseilles par rapport à cette partie-là ?

Kevin : alors, pour tout ce qui va être référencement, je ne suis pas un référenceur dans l’âme, je ne suis pas un geek du SEO. Je suis assez flémard et puis je pars sur des niches qui sont très peu concurrentielles finalement et je n’ai pas besoin d’avoir des techniques du SEO de malade. Donc, je pars sur les bases du référencement « naturel ». Donc, ce qui est intéressant, c’est soit tu peux acheter tes liens sur des plateformes qui sont adaptées pour ça. Ou alors, tu peux directement sur des groupes Facebook qui sont en rapport avec du SEO, moi j’en suis à peu près une dizaine francophone. Ou tu peux faire des échanges d’articles avec des webmasters qui sont exactement dans le même cas de figure que toi. Ou également tu peux acheter les liens pour une cinquantaine d’euros à peu près. Il faut savoir que si tu pars sur un nom de domaine qui est neuf, il va te falloir entre 4 à 6 mois avant de commencer à ramper sur les premières propositions de Google. Ce que tu peux faire en attendant c’est aller faire les articles invités. C’est vrai qu’on a souvent l’impression que c’est un petit peu has-been, un petit peu comme le blogging finalement, sauf que quand tu creuses un petit peu, c’est finalement la meilleure solution d’avoir du trafic qualifié sur ton site. Et c’est un petit peu le triple effet secoué quand tu fais des articles invités : Tu vas déjà du trafic qui va être amené directement des blogs, tu vas avoir du référencement parce que tu vas poser un lien finalement. Et ce qui est intéressant c’est que si tu fais une page de capture, tu vas pouvoir récupérer les contacts, que tu vas pouvoir revendre par la suite hors ton affiliation.

Nassim : Ok. Tu as aussi l’effet sur les sites où tu t’exposes personnellement. Par exemple, tu as un effet notoriété immédiate. Parce que la personne qui tombe sur un article qui n’est pas rédigé par son bloggeur préféré, qui trouve le contenu intéressant, si elle arrive jusqu’à ton site web ensuite tu sais qu’elle va suivre avec attention ce que tu vas dire ou écrire parce qu’elle a été convaincue la première fois où elle a vu ton article. Et je l’ai remarqué plusieurs fois, c’est que souvent… J’échange beaucoup, j’essaye de mettre une bonne dynamique d’échange avec les abonnés, et souvent je suis surpris de voir que ceux qui réagissent le plus, c’est des personnes qui m’ont connu à travers des articles invités notamment.

Kevin : tout à fait. C’est vraiment hyperpuissant. Mais tu peux également le faire avec un site de niche où tu ne te mets pas en avant, mais tu vas utiliser toute la technique des personnes out, tu vas mettre en avant une personne fictive. Sur un site de niche ça n’a pas trop d’importance si ce n’est pas à Jacqueline qui est fan déjà, tu trouves une photo libre de droits et tu peux mettre là, photo de Jacqueline. Et les personnes vont s’identifier éventuellement à Jacqueline.

Nassim : Ok, d’accord. Si je résume un peu tout ce que tu as dit en déroulant un peu ce processus, trouver, valider une idée, puis travailler un peu sur le contenu, puis sur l’acquisition de back Link. Ça demande quelques mois pour avoir un site correctement…

Kevin : Ça ne demande pas quelques mois. Je te prends à mon niveau. Trouver une niche, 5 minutes. Parce que j’ai l’habitude, je l’ai fait des dizaines, des centaines voire des milliers de fois. Je l’ai déjà en tête, j’ai un fichier où il y a toutes les niches, j’ai juste à ouvrir mon fichier. Quand tu n’as pas l’habitude, trouver une niche rentable, une après-midi, voire un weekend. Une fois que tu as ton idée de niche, structurer ton site. Donc moi j’utilise souvent la structure en six lots, c’est ce qui marche bien pour moi. Tu vas avoir une page d’accueil avec des sous-pages et des sous sous-pages et une partie article de blog. Et puis, une fois que tu as fait ça, tu vas mettre ton site en ligne. Donc, un WordPress classique. Si tu n’as pas l’habitude, en une après-midi, ton site il est en ligne. Après tu vas devoir créer le contenu, ça tu as plusieurs manières de le faire. Soit tu le fais toi-même, ce que j’avais fait au départ. Ce qui est bien c’est que ça te permet de voir un peu le travail qui est effectué quand tu sous-traites à quelqu’un qui fait attend, le prix que tu me demandes par rapport à la qualité que tu m’as refilée, mec je ne sais pas, mais tu refais. Mais bon, ça demande de t’intéresser à des sujets divers et variés, moi je me suis intéressé à des sujets, notamment sur les hémorroïdes, je suis un pro des hémorroïdes, tu as un problème tu viens me voir, il n’y a aucun problème. J’ai tellement fait d’articles, je connais le sujet comme ma poche. Donc voilà, des fois ce n’est pas forcément très passionnant. Tu as plusieurs solutions, ce que tu peux faire c’est simplement sous-traiter la rédaction. Moi j’ai une rédactrice française, qui a un tarif hyper intéressant et pour un article de 1 000 à 2 000 mots, on est à peu près à 60 €. Donc voilà c’est toujours ça, c’est soit on dépense du temps, soit on dépense de l’argent. Pour ma part, j’ai pas mal de cash-flow qui me permet de… Voilà je ne rédige plus moi-même, hormis sur mon blog perso, mais sinon sur le reste je ne le fais pas.

Nassim : Ok. Pour l’anecdote, à une époque j’avais fait appel aussi à des rédacteurs. Et j’étais en contact avec un réseau d’étudiant et c’est donc des étudiants que j’avais pu recruter pour des travaux de rédaction. J’avais eu des tarifs très intéressants. Je devais repasser derrière pour vérifier si les choses allaient dans la bonne direction, mais j’étais arrivé sur un rapport qualité/prix qui était devenu très intéressant. À l’époque où j’avais un peu moins de cash-flow et donc je devais vraiment faire attention à ce que j’investissais.

Kevin : et puis, après la partie référencement. Là tu ne vas pas pouvoir faire tout ton référencement d’un seul coup. Donc ce que tu peux faire c’est te prendre une journée pour planifier ton référencement. Et tu vas pouvoir travailler pendant un mois à contacter des personnes pour faire des articles invités, des échanges de liens. Donc tu n’es pas obligé d’avoir beaucoup, beaucoup de liens, tu peux ne serait-ce qu’avoir 20 liens de très bonne qualité sur les 3 premiers mois. Et sur une niche où tu as très peu de concurrents, c’est largement suffisant. Avec du contenu qui adapté à tes lecteurs. Tu as une manière d’écrire un petit peu en mode page de vente copywriting qui va faire en sorte que les personnes restent sur ton site et également cliquent sur ton lien pour pouvoir acheter ou pour pouvoir télécharger quelque chose. Et également un article qui est conçu pour plaire à Google. Là généralement tu as des sites comme un.fr que j’utilise, qui fait le taf. Tu mets ton mot clé sur lequel tu souhaites être référencé, « site de rencontres espagnoles », tu uploades ton texte et là il va te donner une note en te disant voilà il est à x % optimisé. Et te donner des mots et des expressions que tu peux rajouter un petit peu comme si tu avais un site sur les chevaux ou un article sur les chevaux, il va te dire tien tu peux rajouter crinière, tu peux rajouter sabot, prairie, foin, écurie. Le champ lexical qui fonctionne autour.

Nassim : Ok. Tu avais mentionné quelques outils que tu utilisais tout à l’heure notamment sur l’aspect identification de mots-clés. C’est quoi le top 3 des outils qui sont indispensables pour fonctionner ta boutique aujourd’hui ? Pas forcément que sur la partie mot-clé.

Kevin : ce qui est intéressant c’est que la plupart des outils, ils ont soit des versions light, soit des essais gratuits qui te permettent de commencer, en général c’est 10 à 14 jours d’essais. Si normalement tu dis ce weekend, je cherche le maximum de niche, tu auras la possibilité de faire tout gratuitement pour ce qui va être recherche de niche. Moi j’aime bien pour tout ce qui va être nombre de recherches mensuelles RankPower, une version light qui est gratuit qui te permet de faire 10 recherches par jour. Sinon, je crois que c’est 30 ou 39 € HT pour un mois. Tu peux le premier un premier mois dans tous les cas, ça te permettra de…

Nassim : De bien maitriser le truc.

Kevin : exactement ? Ensuite pour tout ce qui va être concurrence, j’utilisais beaucoup Market Samuraï, je le recommandais beaucoup. Là il est en train de beuguer, je ne sais pas si ça vient de mon Mac ou si ça vient de Market Samuraï ou je n’ai pas fait la mise à jour, je ne sais pas. Donc, tant que je n’ai pas résolu le beug, je ne le recommande plus. Mais tu peux comme je le disais tout à l’heure avoir une estimation de la concurrence avec KWFinder, avec RankPower également et Keyword qui te proposent une estimation. Donc les 3 cumulés finalement tu vas pouvoir te dire, ok j’y vais ou je n’y vais pas. Et après tu vas avoir tout ce qui va être hébergement de nom de domaine. Pour ma part j’ai des hébergements un peu partout, j’ai Osmonster, j’ai Cyground, j’ai Locos, j’ai OVH. Et dernièrement j’ai un hébergeur qui s’appelle O2Switch pour lequel je suis vraiment très satisfait. Et ils sont à Clermont.

Nassim : Ok. Le made in France. Et pour faire le suivi de tes back links…

Kevin : J’ai un fichier Excel

Nassim : Ok. D’accord.

Kevin : vraiment parce que… Encore quand tu as un site ça va, quand tu en as une vingtaine, je peux te garantir que moi j’aime bien c’est, j’ai un fichier où j’ai le nom de la personne, le contact, le site sur lequel j’ai le lien, l’article, combien ça m’a couté, la date à laquelle il a été posé.

Nassim : Il doit être intéressant ce fichier…

Kevin : pas mal ouais. Il y a des petites pépites.

Nassim : Ok. Franchement si je commence à te poser toutes les questions que j’ai en tête sur le marketing de niche, on va y passer l’après-midi, donc je vais essayer peut-être de poser juste une question ou deux et puis de toute façon comme je te l’ai dit, on mettra quelques liens vers certaines de tes ressources sur ton site web comme ça les gens pourront voir un peu plus en détail ce que tu fais. J’imagine, vu que sur ton site principal tu es en contact avec des personnes qui veulent se lancer dans le marketing de niche et que tu accompagnes ou que tu formes, c’est quoi l’erreur qui revient à chaque fois ? Où est-ce que les gens se plantent systématiquement ?

Kevin : Il n’y a pas vraiment de gros plantage, je pense que la plus grosse erreur c’est que les personnes prennent trop de temps. En fait le problème que tu as au départ c’est que tu dis, je ne sais pas sur quelle niche me lancer. Et quand vraiment tu creuses le truc, tu as la démarche inverse, tu te dis, j’ai trop de niche, je ne sais sur quelle me lancer. J’en ai trop pour le moment. Le gros problème des personnes que je coache, que ça soit au travers de mes formations individuelles, c’est le fait de se lancer. La peur de se lancer, la peur de partir sur une niche qui ne marche pas. Et ça je vois la différence entre les gens qui réussissent et ceux qui ne réussissent pas, c’est ceux qui n’ont pas osé se lancer par peur que la niche sur laquelle ils allaient se lancer n’a pas été creusée assez. Là j’ai eu une cliente qui m’a dit, ouais j’ai testé les sites de niche, j’en ai lancé un mais ça ne marche pas. Je suis allé sur son site il y avait du bon contenu, mais il n’y avait pas assez de contenu. Et quand j’ai regardé dans référencement, il y avait 2 liens sur des annuaires. Je fais mais c’est normal en fait, tu as arrêté trop tôt. C’est peut-être parce qu’on est dans cette tendance-là, on aime bien avoir tout, tout de suite. Avec les sites de niche, c’est peut-être le seul inconvénient, mais moi je le prends parce qu’avec tous les avantages que ça peut avoir derrière, c’est qu’il faut à peu près 3, 4 mois pour que ton site commence à bien ranker sur Google. C’est le seul inconvénient qu’il va y avoir. Mais pendant 4 mois il y a beaucoup de choses à faire et tu peux également avec les articles invités récupérer du trafic.

Nassim : Ok. Donc, c’est la peur de se lancer et puis peut-être persévérer et dépasser la frustration qu’on peut avoir au bout de quelques semaines quand on voit que la courbe du trafic ne décolle pas.

Kevin : La courbe du trafic, je vais détendre tout le monde… Au départ elle va être à plat. Et puis quand ton site va commencer à bien prendre ta courbe va faire ça (Croitre). Il y a des mois où ça va tomber, il y a des mois où ça va revenir. C’est simplement que Google il joue un petit peu avec toi, et qu’il va voir un petit peu ce que tu vas faire. Maintenant je me suis complètement déconnecté de mon trafic, je regarde les ventes que j’ai à la fin du mois. Et tu peux perdre 90 % de ton trafic, ça m’est déjà arrivé sur certains sites, sauf que je n’ai perdu que 30 % de mon chiffre d’affaires. Parce que j’étais sur des mots-clés de la longue traine qui étaient beaucoup plus sur une intention d’achat.

Nassim : J’ai adoré pouvoir discuter avec toi parce que j’avais lancé quelques sites de niche moi-même, donc je connais un peu le processus. Il y a même une soirée où j’avais décidé de lancer 3 sites de niche en même temps. Donc créer un blog c’était facile, faire des check pour voir si l’idée tient la route ou pas aussi. J’avais un bon rédacteur avec moi donc ça allait. Je crois qu’il y a 2 sites sur 3 ou sur 4, je ne me rappelle plus ce que j’avais fait cette soirée-là, qui ont plutôt bien fonctionné, d’autres où ça n’a pas décollé. Mais au final tu as quand même un investissement qui est dérisoire parce que dans lancer un blog ça ne coute rien. Ensuite ça dépend si tu prends ou pas un rédacteur, mais tu peux travailler aussi comme tu l’as fait toi-même, tu peux mettre la main dans le cambouis pour te familiariser avec l’exercice, donc là aussi ça ne coute pas grand-chose. Puis la partie promotion, ça demande du temps mais tu as moyen aussi de t’en sortir sans trop investir.

Kevin : tout à fait. On en revient à la même phrase, c’est soit tu investis du temps, soit tu investis de l’argent. Après c’est vrai que quand tu as beaucoup de sites, c’est quand même beaucoup plus sympa de déléguer à quelqu’un qui va te faire de la qualité, si c’est pour passer ta journée devant l’écran. Mais dans tous les cas au départ… Je me permets de dire ça parce que j’ai quand même pas mal d’années d’expérience et j’ai (Mauvaise audition 41:38). Mais au départ, pour l’anecdote, les premiers sites de niche que j’ai lancés, j’avais toujours mon travail CDD à côté, j’étais animateur dans un camping. C’était à l’époque du site sur les hémorroïdes. Je passais toutes mes heures de poses et mes jours de congé sous la tente, en plein caniar, en maillot de bain, il faisait tellement chaud j’avais les gouttes qui tombaient sur l’ordinateur et je faisais mes articles. Et mes collègues me disaient mais tu fais quoi Kevin ? Et je disais, bah je suis en train de bosser.

Nassim : Pour l’anecdote, j’avais lancé un site sur les hémorroïdes aussi, je l’ai toujours. Je me rappelle qu’à l’époque moi ma technique c’était d’arriver au boulot un peu plutôt que tout le monde à 7 h, 6 h 45 du matin. Ça me faisait en gros une bonne heure de travail et j’essayais de travailler sur le site en question. Mais c’est vrai que c’est fun.

Kevin : après ce n’est pas le but de faire un article en une journée. Tu peux te dire bah écoute, je fais un paragraphe par jour. Mais si tu fais un paragraphe par jour, à la fin de la semaine tu auras ton article.

Nassim : Ouais. Et tu auras un bon article.

Kevin : après il faut, mieux vaut en faire un petit peu que pas du tout.

Nassim : Ok, d’accord. Dernière question. Côté stratégie back link, est-ce qu’il y a des choses que tu déconseilles formellement ? Sachant que toi tu as un peu d’expérience et de recul même dans l’acquisition ou l’échange de liens. Mais est-ce qu’il y a des choses que tu défends de faire ?

Kevin : en fait il faut simplement se référer aux « bonnes pratiques Google ». Ton référencement, si tu as pour caricaturer 100 liens à faire, tu ne vas pas les faire en un jour. Tu vas les dispatchers sur plusieurs mois. Je vais toujours privilégier des back links sur des sites de qualité. Je préfère avoir un lien sur un site de très bonne qualité avec une forte autorité qui en plus ramène du trafic que 10 liens sur des petits sites tous pourris où il n’y a même pas de trafic. Ce qui est intéressant également c’est qu’au final ça va te couter moins cher. Parce que peut-être que tu vas payer un lien 100, 150 €, et tu vas avoir des résultats. Alors que peut-être tu vas avoir 4, 5 articles sur tes sites tous pourris avec des articles 300 mots que tu auras payé 30 € chacun, ça va te couter également 150 €, mais à la fin…

Nassim : Ça ne te rapporte rien.

Kevin : donc voilà. Et puis c’est d’avoir un budget quand même, de ne pas trop dépenser non plus. Ça ne sert à rien de dire je vais mettre le paquet. Comme je dis, il y a des techniques qui permettent… Justement je l’aborde tout ça dans mes coachings et dans mes formations. Des techniques qui permettent de récupérer des liens gratuitement et de bonnes qualités également.

Nassim : Ok. C’est une très bonne conclusion. Donc à tous ceux qui ont été intéressés par cette interview et personnellement je me suis éclaté à discuter avec toi. Il y aura le lien sous cette vidéo ou dans l’article que je vais diffuser pour qu’ils puissent aller voir de plus près les études de cas que tu proposes, les webinaires que tu organises, les articles que tu publies et creuser ce sujet plus en détail avec toi. En tout cas franchement, mon site web concerne le travail à domicile et c’est une option fabuleuse, facile, pas risquée financièrement parlant. Bien sûr ça demande de se creuser les méninges, de se retrousser un peu les manches parce qu’il n’y a pas de…

Kevin : comme tous les business

Nassim : Voilà comme tous les business. Ça n’a pas de secret, il n’y a pas de miracle. Mais ça reste une option qui est accessible à la majorité donc… Voilà, allez jeter un coup d’œil sur le site de Kevin, vous devriez trouver pas mal de choses qui devraient vous plaire. J’avais fait un check quand on a commencé à échanger ensemble, et franchement c’est top ce que tu proposes.

Kevin : ouais. Il y a plein de vidéos gratuites. Il y a des vidéos également où tu as des études de cas notamment. Je parlais du KP, il y a également une vidéo où je décortique un petit peu le pourquoi je me suis lancé sur la niche avec les différents critères tout ça. C’est imagé, il y a des exemples, c’est concret. Ça permet au moins d’avoir un visu sur un vrai business en fait, c’est ça qui est intéressant.

Nassim : En tout cas j’encourage vraiment les personnes qui écoutent cette interview à creuser ce sujet, parce que le plaisir, l’orgasme qu’on a quand on prend son smartphone et qu’on voit qu’on a une petite notification qui nous dit tien, il y a une petite commission qui vient de tomber, c’est juste extraordinaire et…

Kevin : Ça fait une semaine que je n’ai pas bossé et j’ai encore des commissions qui tombent. Je crois que c’est le kif total. Tu ouvres tes mails le matin et tu comptes le nombre de coms que tu as.

Nassim : Très bien. Écoute un méga grand merci Kevin pour tout ce que tu as partagé aujourd’hui.

Kevin : Merci à toi pour ton invitation également.

Nassim : Et je te dis à très bientôt.

Kevin : Ciao.

Moi, c'est Nassim

Vous souhaitez travailler de chez vous ? Avoir un complément de revenu ou avoir votre affaire ? Ce site est la pour vous aider à y arriver. Comment ? Avec des informations pratiques et de qualité.  Je suis Nassim, 36 ans, marié, deux enfants et ... je travaille de chez moi à temps plein sur différents sites web (plus de détails me concernant ici). Si vous avez envie de discuter de votre projet, n'hésitez pas à me contacter.

Un avis ? Une question ? Un commentaire ?

2 comments
Nadhir says 01/10/2019

J’ai découvert Kevin il y a plus de deux ans, mais les sites de niche ne m’ont jamais intéressés. D’abord parce que le potentiel de gain est faible et en plus, il faut avoir des solides bases en référencement. Ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Aujourd’hui, je ne pense pas la même chose, un revenu passifs, même minime, il faut le prendre. Et les compétences on peut les avoir avec le temps.
Je pense que c’est une bonne idée de tester et voir les résultats, surtout qu’il ne faut pas créer du contenu comme sur un blog classique.

Reply
    Nassim says 02/10/2019

    Content de te voir ici Nadhir et merci surtout pour ton commentaire ! Bon courage à toi 🙂

    Reply
Add Your Reply

>