juillet 14

Comment devenir VDI ?

Autres idées, MLM

0  comments

Quand on parle de la vente à domicile, on pense directement aux ventes liées à l’univers de la ménagère.

Et pour cause, la vente directe s’est largement imposée dans le monde de la femme au foyer au milieu du XXe siècle.

Au menu, tupperwares pratiques et divers robots ménagers pour séduire les ménagères en quête d’efficacité.

Pourtant, depuis cette époque, la vente à domicile n’a eu de cesse d’évoluer pour englober différents secteurs.

Si bien qu’aujourd’hui, un VDI peut vendre absolument n’importe quel produit, à condition de savoir s’y prendre.

Mieux encore : le métier de VDI n’est plus réservé exclusivement aux femmes, puisque 40% des VDI en France sont des hommes !

Si vous avez de la répartie et un bon sens des affaires, devenir VDI pourrait bien transformer votre vie.

En quoi consiste le travail du VDI ?

Avant tout propos, il convient de préciser que VDI renvoie à « vendeur à domicile indépendant ».

C’est surtout l’aspect indépendant de ce métier qui séduit en premier lieu tous ceux en recherche d’autonomie professionnelle.

La vente directe englobe trois métiers parmi lesquels il est important de savoir faire la distinction.

Vous souhaitez réussir en MLM ?

Inscrivez-vous, et vous recevrez des informations de qualité pour vous aider à réussir votre projet

On retrouve donc l’agent commercial, le commerçant et enfin le vendeur à domicile indépendant.

Tout le monde peut devenir VDI, et cela à plein temps ou à mi-temps seulement pour ceux qui le souhaitent.

C’est un métier à la fois accessible et prenant. Il convient aussi bien aux personnes en quête de carrière qu’aux étudiants qui veulent avoir une source de revenus fiable.

La mission du VDI est simple : générer des ventes pour la marque qui l’emploie en ayant recours à des méthodes de rapprochement social.

Le VDI peut ainsi créer des ateliers et divers événements autour de ces produits pour en faire la promotion.

Ces réunions ont pour objet de présenter et de vendre ces produits en définissant au préalable un groupe cible.

Il est même possible pour le VDI de convertir une partie de ses clients en filleuls.

L’avantage du parrainage est qu’il permet au VDI de maximiser ses revenus, sans pour autant augmenter sa cadence de travail.

En effet, il devient possible pour le VDI de toucher une commission sur chaque vente réalisée grâce à son filleul.

Mais les principaux revenus du VDI proviennent des ventes qu’il génère lui-même en présentant ses produits.

Ses gains se font sous la forme de diverses commissions sur chaque produit vendu.

Ces commissions peuvent varier de 10 à 40%, en fonction de la nature du produit présenté.

Par conséquent, tout le travail du VDI repose essentiellement sur son discours commercial et sa force de persuasion.

Pourquoi devenir VDI aujourd’hui ?

C’est une question totalement légitime à se poser : pourquoi ce métier, pourquoi aujourd’hui ?

La réponse tient dans le fait que le salariat s’est transformé en véritable piège pour beaucoup de salariés.

La stabilité de l’emploi s’est transformée en aliénation professionnelle pour bon nombre de personnes actives.

Il est donc devenu nécessaire aujourd’hui de s’éloigner de certains postes chronophages afin de pouvoir profiter de la vie.

Mais avant de changer de vie, il est important de prendre en considération toutes les alternatives possibles.

Le métier de VDI propose certains avantages que l’on ne retrouve pas dans d’autres métiers liés au salariat :

  1. Plus de temps libre :

Pour tous ceux qui n’en peuvent plus des horaires trop rigides du salariat, la vie de VDI offre plus de flexibilité.

En effet, en tant que VDI, vous serez amené à gérer vous-même vos horaires de travail en fonction de votre propre planning.

En fonction du produit dont vous faites la promotion, vos ventes se feront en journée ou pendant la soirée.

Une fois une réunion planifiée, il ne vous restera plus qu’à affûter vos arguments pour convaincre.

En somme, vous êtes le seul maître à bord et vos horaires de travail dépendront exclusivement de vous.

  1. Finie la hiérarchie toxique :

Ceux qui ont déjà travaillé dans de grandes entreprises savent à quel point il est difficile de travailler sous les ordres d’un mauvais patron.

La hiérarchie toxique est d’ailleurs l’une des principales causes du burn-out en France.

Un superviseur autoritaire peut être un générateur de stress à plein temps, même en dehors des heures de travail.

Travailler en tant que VDI, c’est la possibilité de rompre avec toute forme de hiérarchie, en se mettant à son propre compte.

Beaucoup de travailleurs indépendants s’épanouissent plus de cette façon en découvrant leur propre rythme de travail.

  1. Vivre de sa passion :

Dans la vie, il doit forcément y avoir des domaines qui vous passionnent plus que d’autres.

Que ça soit les motos, les objets de collection ou bien les nouvelles technologies, vous devez forcément aimer des produits en particulier.

Avec le métier de VDI, cela tombe bien. Puisque votre passion peut rapidement se transformer en votre domaine d’expertise.

Vous pourrez alors vous transformer en VDI dans un domaine qui n’a presque aucun secret pour vous.

Il s’agit d’une approche très intéressante pour aborder le métier de VDI.

Car après tout, qui mieux que vous peut vendre des produits que vous aimez et que vous utilisez tout le temps ?

Un VDI peut très bien vivre de sa passion, tout en parlant de produits qu’il aime vraiment.

  1. Opportunité de carrière :

Dans une société marchande comme la nôtre, les VDI se retrouvent souvent en première ligne de toutes les ventes.

Un VDI peut très facilement se démarquer et se faire remarquer auprès de son employeur.

Ici l’idée est de faire évoluer votre métier vers quelque chose de similaire, mais en mieux.

Si vous êtes performant, votre employeur pourra vous faire profiter de diverses formations pour améliorer encore davantage vos talents de vendeur.

De plus, les meilleurs VDI profitent souvent de cadeaux offerts par leurs employeurs, comme des voyages ou des produits gratuits.

  1. Pas de plafond pour les gains :

Un salarié quelconque va attendre la fin du mois pour toucher son salaire.

L’avantage est que ce salaire est garanti, indépendamment ou presque de l’assiduité de ce salarié au travail.

Un VDI ne travaille pas sur ce même modèle, puisqu’il définit lui-même la quantité de travail qu’il doit fournir.

Cette quantité de travail peut l’amener à toucher des revenus nettement supérieurs à celui d’un salarié lambda.

Ainsi, les VDI les plus performants touchent des revenus compris entre 3000 et 5000 € par mois.

Bien sûr, il faudra travailler dur pour atteindre ces chiffres, mais le fait est que c’est possible d’y arriver.

Comment réussir en tant que VDI débutant ?

Comme pour tous les métiers de la vente, celui de VDI nécessite d’avoir un peu de talent en amont.

Mais le talent ne fait pas tout, puisqu’il faut aussi s’organiser de façon à convertir les prospects en clients.

A priori, il peut vous sembler qu’il y a différentes méthodes pour travailler en tant que VDI.

Mais avec le temps, une seule recette s’est imposée pour garantir de chaque VDI y ayant recours.

Cette recette se déroule en 4 étapes seulement, mais chacune d’entre elles est décisive :

Étape une : gagnez en visibilité.

Organiser des ateliers et des réunions de vente, c’est facile une fois que vous avez repéré un endroit précis.

Mais pour remplir cet endroit, il va vous falloir de la visibilité sur tous les supports.

Traditionnellement, on compte sur le bouche-à-oreille pour les invitations, mais cette époque est révolue.

En effet, avec Internet, oubliez les flyers et les affiches habituelles. Comptez sur le webmarketing !

Grâce aux réseaux sociaux, organisez un événement qui sorte du lot pour convaincre les gens d’y assister.

Renforcez votre présence sur Internet en créant votre propre blog, dont le contenu orbitera autour de vos thématiques de vente.

Enfin, récoltez un maximum d’adresses email pour développer une stratégie d’emailing en complément à votre newsletter.

Étape deux : développez un discours cohérent.

Une fois votre réunion bien remplie, il ne faut plus rien laisser au hasard si vous voulez bien faire votre travail.

Chaque réunion est pour vous une occasion unique de séduire votre auditoire pour convertir chaque prospect en client.

Pour y parvenir, vous allez devoir roder un discours commercial capable de s’adapter parfaitement bien à votre produit.

Votre discours devra s’appuyer sur deux éléments importants : l’éloquence et l’humour.

Pour développer un discours percutant, il y a de multiples façons de procéder, comme par exemple, essayer de convaincre vos amis ou bien les membres de votre famille dans un premier temps.

Vous pouvez aussi vous inspirer d’autres discours commerciaux existants, d’où l’importance de lire des ouvrages consacrés pour chaque VDI un tant soit peu ambitieux.

Cette étape est peut-être la plus importante, car plus vous aurez mûri votre discours de départ, moins il vous faudra fournir d’efforts pour la suite.

Étape trois : démontez les objections.

Un discours commercial n’est jamais infaillible, précisément parce que le produit infaillible n’existe pas.

On peut toujours trouver un défaut quelconque à un produit en particulier.

Que ça soit son prix, son utilité, sa durabilité ou même son ergonomie en général.

Votre rôle en tant que VDI n’est pas de nier ces défauts, mais de savoir y répondre.

Pendant vos réunions, vous serez amené à rencontrer des prospects plus sceptiques que d’autres.

Ces prospects pourraient même vous faire perdre de potentiels clients si vous n’y faites pas attention.

Par conséquent, l’idée est simple : prévoyez d’avance les critiques dont pourrait souffrir votre produit.

De cette façon, aucune remarque ne pourra vous désarçonner lors d’un atelier de vente.

Les VDI les plus performants formulent eux-mêmes ces objections dans leur discours initial, de façon à les démonter de façon plus organique.

Étape quatre : gérez la durée des réunions.

Une erreur de débutant que l’on retrouve souvent consiste à prolonger les réunions plus que de raison.

Au-delà d’une heure de discours commercial, les prospects ne sont plus enclins à en entendre davantage.

Vous avez donc une fenêtre d’attention assez réduite dans laquelle il vous faudra déployer l’ensemble de votre discours.

Idéalement, vous devrez parler pendant 30 à 45 minutes à propos de votre produit.

De là, vous redonnerez la parole à vos invités pour qu’ils puissent poser leurs questions.

Pendant cette dernière ligne droite, votre seul but sera de rassurer les prospects.

Dans le lot, si votre réunion se déroule bien, vous aurez même le loisir de convertir certains clients en filleuls.

Notez que dans son ensemble, une réunion fructueuse ne devrait pas excéder les 1h30.

Formation nécessaire pour devenir VDI

Comme souligné un peu plus en haut, il n’est pas nécessaire de suivre une formation particulière pour devenir VDI.

De plus, une fois embauché par une entreprise, celle-ci se chargera de vous former à son protocole de vente.

Cette mini-formation en interne se fera par le biais de séminaires ou bien à travers un parrain directement.

Une fois que vous travaillerez dans une structure accueillant plusieurs VDI, il vous sera aussi possible d’échanger les bons conseils entre vous.

Cependant, pour devenir un VDI performant, rien ne vaut l’autoformation continue.

Celle-ci consiste à lire et à découvrir par vous-même les avancées qui se font dans votre propre domaine de vente.

Pour ceux qui veulent aller encore plus loin, il existe même des formations payantes en ligne, diplômantes ou non.

Je vous conseille tout de même d’avoir déjà une affinité avec le monde de la vente avant de vous lancer dans quoi que ce soit en rapport avec ça.

Les 2 types de VDI qui existent

Il existe actuellement deux façons pour devenir VDI et commencer à travailler dans la vente directe.

En fonction de votre poste de VDI, vos prérogatives peuvent être amenées à changer.

Même si le travail d’un VDI mandataire ressemble sensiblement à celui d’un VDI acheteur-revendeur, des différences sont à prendre en compte :

1. Le VDI mandataire :

Dans ce cas de figure, le VDI est directement mandaté par l’entreprise pour laquelle il travaille.

Sa mission consiste à générer des ventes pour l’entreprise, tout en touchant des commissions calculées sur la base du chiffre d’affaires hors taxe.

Le VDI reste indépendant quant à la façon dont il organise ses réunions de vente, tant qu’il atteint certains objectifs de vente.

Pour un VDI débutant, devenir VDI mandataire est le plus sûr pour se familiariser avec ce métier.

  1. Le VDI acheteur-revendeur :

Ici, le VDI acheteur-revendeur investit lui-même un capital de départ pour acheter des produits à une entreprise donnée.

Par la suite, il devra revendre ses produits à son nom, en ayant obtenu un agrément spécifique au préalable.

Le VDI acheteur-revendeur est en mesure de dégager nettement plus de bénéfices grâce à la revente.

Cependant, il prend nettement plus de risques qu’un VDI mandataire qui n’aurait rien à investir de sa poche.

Pour les vendeurs expérimentés, devenir VDI acheteur-revendeur, c’est aussi l’occasion d’obtenir plus de filleuls et même de coacher des équipes de VDI juniors.

Quelle situation juridique pour le VDI ?

Lorsque vous choisissez de travailler dans le monde de la vente directe pour le compte d’une entreprise, vous avez le choix entre 3 statuts distincts.

Comme évoqué précédemment, il y a le statut d’agent commercial, celui de commerçant, et enfin, celui de vendeur à domicile indépendant.

Grâce à la Fédération de la vente directe (FVD), le statut de VDI a été créé en 1993 pour répondre à un vide juridique lié à cette profession.

Bien que le VDI soit considéré comme un travailleur indépendant, il bénéficie néanmoins d’avantages qui lui sont spécifiques.

À titre d’exemple, un VDI mandataire va bénéficier du régime des bénéfices non commerciaux.

De son côté, un VDI acheteur-revendeur va quant à lui va dépendre du régime des bénéfices industriels et commerciaux.

La bonne nouvelle est que le VDI est rattaché au régime général de la protection sociale, et jouit des mêmes droits sociaux que les salariés.

Enfin, il est à noter qu’un VDI peut travailler pour plusieurs entreprises de vente à domicile en même temps.

La seule condition stipulée est qu’elles ne soient pas concurrentes entre elles.

C’est-à-dire qu’il est possible pour un VDI de vendre des produits de lingerie en même temps que des produits électroménagers.

Par où commencer pour se lancer ?

Il est possible d’emprunter plusieurs chemins différents pour devenir VDI dans la vie.

L’un des plus communs consiste à naviguer entre les différents sites d’entreprises de vente directe.

Cela vous permettra de repérer plusieurs domaines différents et de choisir le vôtre afin de maximiser vos ventes.

Même s’il s’agit du chemin le plus intéressant, ce n’est cependant pas le chemin le plus sûr.

En tant que futur VDI débutant, il existe un chemin tout tracé pour vous afin de vous familiariser avec cette profession.

Le début de votre activité se fera donc en 3 temps :

  1. Trouver une entreprise de vente directe :

La plupart du temps, ce n’est qu’une formalité, puisqu’il suffit de naviguer entre les annonces pour en choisir une qui vous convient.

La Fédération de la vente directe (FVD) a l’avantage de répertorier beaucoup d’annonces intéressantes que vous pouvez consulter sur cette page.

Dans le cas où aucune annonce ne vous séduise sur cette page, vous pouvez toujours utiliser Google pour en repérer d’autres.

Tâchez naturellement de sélectionner une entreprise avec laquelle vous avez certaines affinités, pour mieux en vendre les produits.

  1. Obtenir votre premier kit de vente :

En fonction de l’entreprise, vous serez amené à soit recevoir un kit de vente, soit à l’acheter en tant qu’acheteur-revendeur.

En plus de contenir les produits que vous aurez à vendre, ce kit contient aussi quelques fiches intéressantes à lire.

Ces fiches reprennent l’argumentaire commercial de l’entreprise. Il vous sera facile de l’intégrer à votre propre discours par la suite.

Vous devez inspecter/utiliser ces produits vous-même afin de vous familiariser avec.

Après tout, plus vous serez convaincu par la qualité de ces produits, plus il vous sera aisé de convaincre vos prospects.

  1. Constituer un réseau de prospects :
    Vous voilà pratiquement dans le grand bain de la vente directe à domicile.

Même le meilleur produit au monde a besoin de popularité pour se vendre, et c’est là que vous intervenez.

En tant que VDI, vous passerez la plupart de votre temps à constituer des réseaux pour alimenter vos réunions en prospects.

Au début, il est commun de puiser dans votre entourage proche : amis, famille, voisins.

Par la suite, il faudra étendre vos réseaux afin de pouvoir organiser vos tous premiers ateliers de vente.

Quelle différence entre le MLM et la vente directe ?

Si vous vous intéressez à la vente directe, c’est que vous devez aussi connaître le multi level marketing, ou MLM pour les initiés.

Dans les deux cas, l’idée est de créer un réseau spécifique pour booster les ventes d’un produit donné.

Les rémunérations se font grâce un système abouti de commissions qui transitent aussi bien de l’entreprise vers le vendeur, que du filleul vers son parrain.

La différence majeure entre les deux modèles est que la vente directe se fait en vrai, « en direct », tandis que le MLM se fait essentiellement sur Internet.

Cette différence permet aux VDI de toucher leurs revenus immédiatement après avoir réalisé une vente.

Tandis que pour les fondateurs de réseaux MLM, la rémunération peut parfois prendre plusieurs semaines.

Parallèlement, un réseau MLM peut croître sans arrêt sur Internet, alors qu’un réseau de VDI peut très vite arrivé à saturation, notamment avec l’équipe de filleuls à gérer soi-même.

Pour ceux qui veulent avoir un contrôle immédiat sur leurs revenus mensuels, la vente directe est la meilleure option.

Pour les plus ambitieux qui peuvent se permettre de voir sur le long terme, le MLM est une option plus pérenne.

En résumé

Si vous voulez changer de cap professionnel et que vous aspirez à devenir VDI, apprenez à développer un discours commercial.

Celui-ci vous ouvrira les portes d’un tout nouveau « business model ».

Choisissez un ou plusieurs thèmes de vente en les associant à ce qui vous passionne pour mettre à profit votre propre expertise.

Constituez-vous un réseau de départ et organisez autant de réunions que possible pour booster durablement vos ventes.


Tags


You may also like

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Et si jamais c'est pas encore le cas, cette newsletter devrait grandement t'aider dans ton projet ;)

>